Sur l'existence de Dieu

Dieu, une construction sur le sable. Bâtissons nous-mêmes notre bonheur.

L'idée de l'existence des dieux est née de la peur et de l'ignorance, à l'époque où les Hommes cherchaient de l'aide lors de leur confrontation aux catastrophes naturelles. L'apparition du Dieu unique date du temps des Empires, quand les conquérants soumettaient des régions qui priaient des dieux variés.

Aujourd'hui, un argument en faveur de l'existence de Dieu est que l'univers, qui est harmonie, ne peut être né du chaos. Certes, le monde n'est pas le produit du hasard, mais l'argument est insuffisant : le bouddhisme présente l'univers comme parfaitement harmonieux sans y trouver la preuve de l'existence d'un Dieu. L'univers est le résultat d'un nombre incalculable de causes et d'effets enchevêtrés ; nul ne peut en déduire qu'un Dieu doit exister, et certainement pas un Dieu qui soupèserait nos vertus et nos défauts le jour de notre passage de vie à trépas.

Un autre argument invoqué pour tenter de démontrer l'existence d'un Dieu est la réponse du cosmos à nos prières ou, dans le même ordre d'idées, les miracles. Si nos prières sont exaucées, cela prouve la puissance de notre esprit et le caractère grandiose de l'harmonie universelle.

Les humains ne sont pas en capacité d'expliquer la naissance de l'univers et il n'est pas nécessaire d'avoir le fin mot de cette quête pour vivre heureux car nous sommes nous-mêmes, au travers de vies multiples, créateurs de notre destinée. Comme le monde est bien fait, il existe une méthode pour assurer notre sécurité matérielle et notre bien-être : nous connaître nous-mêmes profondément afin d'acquérir la maîtrise de nos émotions, de nos pensées, de nos paroles et de nos actes. Chaque matin, chaque soir, asseyons-nous dans un lieu calme pour méditer sur la direction que nous voulons donner à notre vie.

Une fois acquise la certitude que nous pouvons avoir confiance dans notre avenir, l'atteinte du bonheur est un entraînement, un sport en quelque sorte. Ce n'est pas si difficile, il faut surtout être assidu, persévérant. Le bonheur est une succession de moments heureux, donc commençons par une minute par jour, puis deux. Chaque jour, essayons d'augmenter le nombre et l'intensité de nos joies et chaque soir, faisons le bilan de notre journée.

Donnons-nous le droit d'être heureux. Alors, ce faisant, avant dix ans, notre vie et notre environnement seront métamorphosés.